réglementation airbnb : les premières propositions des candidats à la mairie de paris.



Réglementation airbnb : les premières propositions des candidats à la mairie de Paris.

À moins de 5 mois des prochaines élections municipales, la campagne à Paris bat son plein et le sujet du logement apparaît comme l’une des principales thématiques à enjeux dans la capitale.

Parmi les différentes facettes de cette thématique cruciale, la lutte contre les plateformes de location meublée touristique, avec comme principal instigateur Airbnb, s’annonce assurément comme un point central des futurs débats compte du clivage politique sur le sujet.

Les principaux candidats ont déjà eu l’occasion d’avancer leurs positions sur la question et le cabinet DEMEUZOY vous propose ici un premier tour d’horizon des différentes déclarations sur cette thématique clef.


Anne Hidalgo :



Candidate à sa propre succession, l’actuelle maire de Paris a poursuivi dans les dernières semaines son discours en faveur de l’accentuation de la réglementation en vigueur.


Dans un entretien au Journal du Dimanche, la maire de Paris a ainsi demandé à l'Etat de lui donner "la possibilité d'agir, et d'aller, pourquoi pas, jusqu'à l'interdiction d'Airbnb dans certains quartiers."


Une position qu’elle a réitérée à l’occasion de son interview dans la matinale de France-Inter ou encore de son discours d'ouverture au congrès des HLM le 24 septembre 2019 : « Il nous faut une régulation beaucoup plus forte du fait de la loi ». Elle s’est, à nouveau, dit « favorable à ce qu'il y ait des mesures d'interdiction dans les zones en hypertension dans le cœur de nos villes »


S’alignant sur son actuel adjoint au logement et également candidat du PCF pour les muncipales, Ian Brossat, Anne Hidalgo se positionne donc fermement en faveur d’un renforcement de la règlementation dans la perspective d’une réélection en mars prochain.


Cédric Villani :




Le candidat dissident, après sa défaite à l’investiture de La République en Marche, s’aligne sur la tendance en faveur d’un accroissement de la réglementation en vigueur. Interviewé sur le plateau d’Europe 1, Cédric Villani a ainsi estimé que l’activité de la plateforme Airbnb « mérite sûrement une règlementation plus sévère ».


Interrogé par Léa Salamé dans la matinale de France-Inter ce lundi 4 novembre, il s’est dit favorable à l’abaissement du nombre de nuitées sur la plateforme Airbnb, confirmant une position déjà avancée dans une interview au Journal du Dimanche début septembre. "Je pense que nous pouvons limiter davantage Airbnb, je pense que 120 jours [de location] par an, c’est énormément par rapport à ce qui se pratique dans les grandes métropoles, je pense aussi qu’il faut renforcer les contrôles"


Il a également précisé vouloir « s’attaquer à la question des résidences secondaires et la conversion des baux commerciaux » sans pour autant se positionner en faveur d’une interdiction totale. Cédric Villani soulève ici des points assez techniques de la réglementation actuelle mais qui gagneront à être précisé dans les mois à venir en vue de potentielles mesures à adopter. 


Benjamin Griveaux :




Le candidat investi de La République En Marche se distingue nettement de ces autres concurrents sur la question d’Airbnb en ce qu’il semble assez satisfait de la réglementation applicable.


Le chef de file de la majorité s’est ainsi positionné contre l’interdiction d’Airbnb dans la capitale et n’a pas témoigné de volonté de diminuer le nombre de nuitées. Dans une interview accordée au Parisien, Benjamin Griveaux avait ainsi estimé que l’interdiction d’Airbnb était « une mauvaise idée » préférant « encadrer, sanctionner les abus, mais pas interdire ». « Je n'oublie pas que des Parisiens, pour joindre les deux bouts, louent leur appartement » avait-il précisé.


David Belliard :




Comme un symbole c’est depuis un luxueux Airbnb du centre de la capitale, mardi 15 octobre, que le candidat Europe Ecologie - Les Verts a décliné les propositions phares de son programme. Il a notamment appelé à une « régulation très stricte d’Airbnb avec une réduction drastique du nombre de jours possible pour la location dans les zones tendues comme Paris ».


Il propose ainsi de réduire le nombre de jours de locations autorisés pour les résidences principales à 45 jours par an contre 120 aujourd’hui sans se positionner en faveur d’une interdiction : « Le sujet n’est pas l’interdiction d’Airbnb mais la régulation, a-t-il précisé.


S’il est élu, le candidat écologiste souhaite également intensifier la lutte contre les abus en renforçant significativement la brigade d’agents assermentés de la ville de Paris affectée aux contrôles des éventuels manquements à la réglementation. Il souhaiterait ainsi tripler les effectifs actuels pour tendre vers une équipe d’une centaine de contrôleurs contre 29 aujourd’hui.


Rachida Dati :




La commission nationale d'investiture LR a investi ce mercredi 6 novembre l'ancienne garde des Sceaux de Nicolas Sarkozy comme candidate pour les municipales à Paris en 2020.


Dans des propos relayés par Libération, l’actuelle maire du VIIème arrondissement s’est déjà positionné en faveur d’un durcissement des contrôles des locataires en les obligeant à « «fournir une copie de leur bail, […] pour prouver que la sous-location est bien autorisée et que le revenu généré n’excède pas le montant du loyer ».


Très discrète ces derniers mois, la candidate LR n’a pour le moment pas fait de la lutte contre Airbnb, et notamment la question de son éventuelle interdiction, l’une de ces priorités de campagne. Il est toutefois certain qu’elle aura l’occasion de préciser sa position lors des futurs débats à venir.


Ian BROSSAT :



Ian BROSSAT a déclaré sa candidature à la mairie de Paris sous l'étiquette du parti-communiste français. Adjoint d'Anne Hidalgo, Ian brossat est le véritable artisan du renforcement de la lutte contre les locations irrégulières à Paris. Ce cheval de bataille et les moyens offerts par Anne Hidalgo lui aura permis d'obtenir des moyens juridiques et financiers importants pour mener sa politique.

Auteur de l'ouvrage "Airbnb, la Ville ubérisée", le candidat Brossat propose ni plus ni moins que l'organisation d'un référendum sur l'interdition pure et simple d'AIRBNB dans le centre de Paris.


CONCLUSION :

La tendance est donc globalement en faveur d’un durcissement de la réglementation sur l'activité de location meublée touristique de type Airbnb pour les candidats aux municipales parisienne.

Force est de constater que ce sujet sera l’un des dossiers à enjeux pour le ou la futur·e maire de Paris. 

Avant de formuler des propositions ambitieuses sur d'éventuelles limitations ou interdictions des locations meublées touristiques de type airbnb, il importera aux candidats dans le cadre de l’élaboration de leur programme de surveiller la position attendue au premier semestre 2020 de la Cour de justice de l'union européenne. Par ailleurs, la position centrale du législateur pour mettre en oeuvre ces programmes ne pourra être oubliée des candidats....


 Toutes nos publications

Airbnb

Copropriété

Vente immobilière

Bail d’habitation



 Téléchargez nos guides gratuits


Guide Gratuit sur le Droit Airbnb
Guide Gratuit sur les relations bailleur/locataire


 Nos conseils en Vidéo

Vous êtes contrôlé par
la mairie de Paris ?



Vous êtes assigné par
la mairie de Paris ?



Votre locataire sous-loue votre logement ?



Quels sont vos droits
sur votre logement ?



Transformer son local commercial
en AIRBNB à Paris



AIRBNB et votre COPROPRIÉTÉ

Vous pourriez également être intéressé par

Nos autres publications sur ce thème